Revue de presse

 

Revue de presse

Marseille Immunopôle dans les starting-blocks

  Auteur : La Marseillaise, E.Parente |   |   Dans les médias

L’histoire dira si j’ai raison ou pas, mais on est possiblement, comme au moment ou on a proposé les antibiotiques pour combattre les maladies bactériennes. C’est véritablement une révolution. On est en train grâce à l’immunothérapie, pas forcément seule, parfois en combinaison, de transformer certains cancers très sévères en maladie contrôlée. Certains patients sont en rémission complète dans du mélanome métastatique ce qui est absolument sans précédent.

Eric Vivier, Professeur au laboratoire d’immunologie de la Conception (AP-HM), directeur du centre d’immunologie Marseille-Luminy créé en 1976, membre fondateur de la société de biotechnologies Innate Pharma, et pilote du projet Marseille Immunopôle parle donc de « révolution réelle thérapeutique dans la prise en charge des cancers métastatiques ».

Un anticorps fabriqué à Marseille est d’ailleurs « testé actuellement, dans certains cas de leucémie et de tumeurs solides pour savoir s’il y aura, là aussi, des solutions thérapeutiques à proposer à des patients ». En 40 ans, Marseille a développé « une véritable expertise » explique-t-il. « Non seulement en immunologie fondamentale mais aussi dans les applications de la recherche fondamentale, et donc dans l’aide à la prise en charge des patients, en particulier ceux qui ont le cancer. En 2013, toutes les forces vives de l’immunologie marseillaise, qu’il s’agisse du niveau fondamental, plus clinique et aussi industriel, ont décidé de vraiment travailler ensemble ».

La structure sera unique en France. Elle « regroupe plus de 2500 personnes dont 2000 cliniciens, plus de 500 chercheurs, 3000 lits d’hospitalisation, des industriels, des plateformes technologiques pour offrir au niveau national et européen une expertise en immunologie à toutes les échelles ». Le pôle de compétitivité Eurobiomed assure « l’ingénierie du projet », l’impulsion ayant été donnée par la création de Aix-Marseille Université (AMU) et « dans le contexte métropolitain », précise Eric Vivier. Rien d’étonnant à ce que Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation ait effectué une petite visite fin décembre. Un feu vert ? « C’est sûr que ça nous fait plaisir. Cela montre que l’Etat est intéressé. De manière totalement légitime, l’expertise marseillaise permet d’avoir un leadership national et de faire partie des premières grandes structures d’immunologie au niveau européen ».

Pour lire la suite de l'article cliquez ici

 Retour