Immuno-pharmacologie

 

Un expert des cibles de l’immunité

Pour conduire l’évaluation de cibles thérapeutiques touchant le système immunitaire, MI-mAbs s’appuie sur une forte expertise en immuno-pharmacologie et en immunologie cellulaire.

Le mécanisme d’action, l’efficacité et la sécurité des candidats anticorps sont évalués in vitro sur des cellules humaines puis in vivo sur des modèles murins de pathologie humaine. MI-mAbs peut ainsi générer des anticorps contre les homologues murins de la cible ou des souris génétiquement modifiées exprimant la molécule humaine.

Pour les anticorps immunomodulateurs, le suivi pharmacologique chez la souris se double d’une analyse précise du système immunitaire et de ses variations sous traitement.

L’ensemble de ces données permettent de déterminer la fenêtre thérapeutique idéale de chaque candidat anticorps.


Pour caractériser finement chaque candidat anticorps (affinité, stabilité, profil biochimique…) et étudier son devenir dans l’organisme (paramètres pharmacocinétiques, exposition…), MI-mAbs s’appuie sur des expertises et des outils technologiques de pointe (méthodes bio-analytiques, modèles d’efficacité in vitro et in vivo, cytométrie de flux, spectrométrie de masse, ELISA, interférométrie des biocouches…).

L’évaluation de toxicité des candidats anticorps dirigés contre des cibles humaines doit être déterminée en modèle animal, alors que, très majoritairement, ces anticorps ne croisent pas sur les cibles homologues chez la souris. Dans ce cadre, MI-mAbs est à même de :

  • Générer des anticorps contre les cibles homologues murines (à l’aide de ces anticorps surrogate, MI-mAbs évalue l’efficacité et la toxicité de l’approche sur l’animal sain et face au cancer sur des modèles de tumeurs syngéniques).

  • Élaborer, avec l’aide de CIPHE, des souris knock-in (chez ces souris la cible homologue, voire le récepteur correspondant, sont remplacés par la molécule humaine) qui permettront cette fois de tester directement la toxicité du candidat anticorps.

  • Analyser, toujours en collaboration avec CIPHE, la réponse immunitaire sous traitement. afin de valider le mécanisme d’action du candidat anticorps lorsqu’il est utilisé seul ou combiné à d’autres thérapies.

En cancérologie, l’efficacité des candidats anticorps est ainsi évaluée sur des modèles xénogéniques (des souris immunodéficientes dans lesquelles ont été implantées des lignées cellulaires de tumeurs humaines). En partenariat avec le CRCM, MI-mAbs teste également l’efficacité des candidats anticorps sur des modèles PDX (Patient Derived Xenograft) de cancer du sein, de leucémies myéloïdes ou lymphoïdes aigües (ces souris modèles greffées avec des tumeurs de patients sont plus représentatives des tumeurs humaines que des lignées tumorales).

Enfin, l’évaluation des anticorps immunodulateurs s’appuie sur des modèles prédictifs éprouvés (modèles physiopathologiques chez des animaux immunocompétents). MI-mAbs dispose ainsi de modèles tumoraux syngéniques en souris B6 (MC38, B16, GL26…) ou BALB (CT26…) doublement validés (les données issues de ces modèles ont en effet non seulement permis de démontrer l’efficacité en préclinique des anti PD1 et CTLA4 mais elles ont aussi été reproduite chez l’homme).